L’Ermitage — Ermitorium, Maison de Madame Lhullier

Ce bâtiment de petite taille fut érigé sur un terrain dense d’arbres, à une certaine distance des édifices centraux de Łazienki. Il fut conçu comme un lieu où ses propriétaires pouvaient trouver repos du vacarme de la vie quotidienne et où ils restaient seuls avec leurs pensées. 

Le bâtiment de l’Ermitage est situé dans la partie nord de jardin, à proximité de la statue de Jan III Sobieskiego. L’Ermitage (fr. ermitage – chartreuse, lieu solitaire, retraite) date encore du temps de Stanisław Herakliusz Lubomirski. C’était un petit pavillon construit sur un plan carré, conçu vraisemblablement par Tylman von Gameren. C’est ici que Lubomirski s’adonnait à des lectures savantes, l’œuvre littéraire et la méditation philosophique. Un terrain calme et couvert par la forêt de l’ancienne réserve de Ujazdów lui assurait de bonnes conditions.

L’Ermitage fut détruit par le feu au début du règne de Stanisław August et ensuite reconstruit d’après le projet de Domenico Merlini. Il cessa alors d’être une retraite et servit d’habitation à la favorite de Stanisław August. À l’invitation du roi, sa maitresse française (et probablement une voyante) Henrietta Zofia Lhullier a emménagé ici en 1777. Au XIXe siècle l’Ermitage fut agrandi et légèrement remanié.

L’Ermitaż constitue encore un autre exemple d’imitation de l’antiquité. Un édifice d’une telle fonction existait à Tivoli, à proximité de la villa de l’empereur Hadrien (IIe siècle). Des chartreuses monastiques étaient également à l’origine des ermitages. Les petits pavillons de jardin d’une nature similaire étaient fréquemment construits vers la fin du XVIIe siècle, principalement en France et en Allemagne, mais aussi en Italie et en Europe du Nord et de l’Est. Parmi les exemples anglais on trouve les ermitages de Stourhead Gardens ou Manor Gardens Eastbourne, en France le Pavillon de l’Ermitage à Bagnolet et en Russie l’Ermitage à Peterhof.